Behem

Visite d’Etat ou visite officielle ?

A la faveur de sa  récente tournée en Afrique de l’ouest, le chef de l’Etat français,  François HOLLANDE a accordé  la première étape  de son périple ouest-africain  à Abidjan capitale économique de la Côte d’Ivoire. Et cela conformément au programme décliné dans  le communiqué publié par l’Elysée dans lequel on peut lire  « Le chef de l’Etat français, François HOLLANDE effectue une visite officielle en République de Côte d’Ivoire, le 17 Juillet, suivie d’une visite d’Etat en république du Niger, le 18 Juillet, et d’une visite officielle en République du Tchad ; le 19 Juillet 2014.

La précision entre  » visite officielle » et « visite d’Etat » faite dans le  communiqué de l’Elysée  pour qualifier les différentes étapes de la visite du premier magistrat Français emmène légitimement  à se poser la question sur la différence  pas toujours perceptible  pour le commun des mortels entre une visite d’Etat et une visite officielle.

Si à priori, il n’y’a pas de différence notable entre une visite d’Etat et une visite officielle, il n’en demeure pas moins que la nuance est  fondamentale.

Lors de la visite officielle, le visiteur se rend sur INVITATION  dans une capitale pour s’entretenir avec les autorités locales et avoir des séances de travail.  Elle est certes importante mais ne revet pas tout le caractère solennel de la visite d’Etat. En général, la visite officielle est plutôt sobre et ne comprend qu’une cérémonie officielle d’accueil, un entretien et un dîner officiel offert par le chef de l’Etat hôte. Il n’y a pas de cérémonie officielle d’adieu.
À l’arrivée d’un chef d’État en visite officielle, il y a toujours un accueil prévu par le protocole et celui-ci à droit aux honneurs militaires.

Toutefois, il faut noter que  lors de la visite d’Etat, un chef d’Etat se déplace dans un autre Etat à l’invitation expresse de son homologue. Il s’agit de la plus grande marque de bonnes relations entre  deux Etats et l’aspect protocolaire prime sur tout objet de la visite.
L’hôte d’Etat rend visite à un pays ami, à un peuple. Les plus hauts représentants de l’Etat  à savoir le gouvernement ou les institutions l’invitent, le reçoivent et l’accompagnent avec tout le faste et les commodités qui siéent à l’hôte de marque.
Lors de la visite d’Etat, le programme est préparé par le protocole en étroite collaboration avec les services d’Etat et l’Ambassade de l’État accrédité dans le pays hôte.
Une visite d’État se compose généralement d’une cérémonie officielle d’accueil et d’adieu, d’un dîner gala offert par le chef de l’Etat hôte et d’une visite.


La quatrième édition du concours Mondoblog est lancée

En marge de la Coupe du monde de football, un  autre concours a lieu en ce mois de juillet 2014.
Il n’est peut-être pas aussi populaire (pour le moment), mais il n’en demeure pas moins important et exaltant. Il s’agit du concours Mondoblog.

Pour ceux qui ne le sauraient pas
Mondoblog c’est une merveilleuse famille avec des rejetons aux quatre coins du globe
Mondoblog c’est des sessions de formation annuelles itinérantes
Mondoblog c’est un cocktail homogène de talents aussi singuliers que divers
Mondoblog c’est un brassage culturel et un métissage enrichissant
En somme, Mondoblog, c’est le label en matière de blogging dans le monde francophone

Alors si tu es autant habile avec les mots que Messi pourrait l’être avec le ballon
Si tu es aussi franc-tireur que Cristiano Ronaldo le magnifique tireur de coups francs

Si tu peux faire rêver avec ta plume et susciter l’amour du blogging comme tous ces footeux réunis au Brésil

Si toi aussi tu veux appartenir à cette famille et t’offrir le meilleur canal pour t’adresser au monde… prends donc part au concours pour la quatrième édition de Mondoblog et rejoins-nous vite ici.


Top 10 des choses à faire lors d’un passage en Côte d’Ivoire

Une vue du Plateau
Une vue du Plateau

Après Dakar en 2013, j’ai la chance d’être une fois de plus sélectionné pour la troisième session de formation Mondoblog qui se tiendra à Abidjan du 2 au 12 Mai. Une bonne occasion pour le nouvel ambassadeur du Tourisme ivoirien que je suis depuis peu, d’apporter ma contribution à la réussite du séjour de tous nos visiteurs actuels et avenirs en terre d’Eburnie.

J’ai donc décidé d’établir un Top10 sur les choses à faire lors d’un passage en Côte d’Ivoire.

 1-  Aller à la rencontre de la population

Les Ivoiriens sont très chaleureux et accueillants. J’en veux pour preuve la place Akwaba qui veut dire « Bienvenue »dans une langue locale est le premier monument que vous croisez à votre sortie de l’aéroport. Il suffit d’aller spontanément à leur rencontre pour le comprendre. Avec leur bonne humeur et leur humour en toute  circonstance, qui de mieux qu’eux pourraient vous raconter leur Côte d’Ivoire ? De Koumassi à Marcory, d’Adjamé à Abobo, de Yopougon à Cocody, chacun des Ivoiriens avec qui vous échangerez saura vous donner, en quelques paroles et sourires une image qui restera gravée dans votre mémoire.

2- Goûter à la nourriture ivoirienne

  • Manger du garba : plat populaire ivoirien, le garba a su s’imposer dans l’identité gastronomique ivoirienne. Composé d’un morceau de poisson thon pané et de semoule de manioc, le garba est l’un des plats les plus consommés en Côte d’Ivoire. Il tire son nom des Haoussas du Niger qui en sont les principaux commerçants.
  • En deuxième proposition de l’alloco ou du foutou accompagné de nos différentes sauces et de la viande de brousse, même si celle-ci est momentanément interdite à cause de la menace actuelle d’épidémie de la fièvre d’Ebola.

3-      Prendre un verre dans un maquis

Les maquis en Côte d’ivoire ne sont pas un genre de végétation luxuriante annexée par des révolutionnaires ou maquisards qui ont maille à partir avec les tenants du pouvoir. Rien à voir. Chez nous les maquis sont des buvettes ou on sert à boire et/ou à manger avec accessoirement de la musique. Ils peuvent être des tous petits au coin d’une rue ou de véritables industries avec des dizaines d’employés.

 4-      Vivre le « Abidjan by Night »

Abidjan est reconnue pour ses nuits chaudes et ses soirées endiablées. Et l’un des endroits les plus chauds d’Abidjan, malgré le passage des bulldozers, reste la rue princesse. La rue princesse, située dans la commune de Yopougon est célèbre pour ses grand maquis et ses boîtes de nuit. Elle reste animée toute la nuit et est très fréquentée. On n’y manquera pas de trouver de la joie. Demandez à Kamnouze et Singuila

 5- Découvrir les plages

Profitant de 566 kilomètres de littoral, la Côte d’Ivoire possède de nombreuses plages entourées de cocotiers et il serait intéressant d’en profiter. De San Pedro à Bassam en passant par Monogaga et Assinie le choix reste vaste pour  une baignade en mer. Et pour ceux qui ne souhaitent pas se mouiller les pieds, la Société des transports abidjanais (Sotra) organise des visites lagunaires. Vous pourrez ainsi découvrir de nombreux sites notamment le cimetière des bateaux, la baie des milliardaires et les différentes îles qui entourent Abidjan.

plage de bassam

 6-      Visiter le Zoo ou les parcs nationaux

Si les éléphants footballeurs de Côte d’Ivoire grâce à Didier Drogba et ses coéquipiers sont connus de tous, les vrais pachydermes, symboles même du pays sont quant à eux de plus en plus rares en liberté. Vous ne pourrez donc les observer que dans certains parcs et au Zoo d’Abidjan. Vous pourrez par la même occasion  découvrir la faune et la flore locale.

7-      Apprendre le nouchi

A moins d’être accompagné, le célèbre argot ivoirien, le nouchi vous sera indispensable lors de vos différents déplacements pour ne pas trop vous sentir trop « Gaou ». Un de mes billets reprend les expressions les plus usuelles. Il vous sera certainement d’une grande utilité.

 8-      Visiter les sites touristiques

Le secteur du tourisme a longtemps souffert. Du fait de la crise, la destination Côte d’ivoire se vendait très mal. Mais le ministère du tourisme travaille ardemment à redorer son blason. Je vous conseillerais sans hésiter la basilique Notre Dame de la Paix de Yamoussokro, le pont des lianes de Man, la cathédrale Saint Paul d’Abidjan, le musée des costumes de Grand Bassam et le musée des civilisations au Plateau.

 9-      Faire un tour au Plateau, centre des affaires

Fierté de la Côte d’Ivoire moderne, le centre des affaires est également un site très attrayant. Avec ses buildings, ses bureaux, ses ponts, le palais présidentiel, les ministères, la commune du Plateau aussi appelée la « Manhattan de l’Afrique » est le centre névralgique de la Côte d’Ivoire.Vous pourrez y sentir comment la côte d’Ivoire bouge.

 10-      Suivre les programmes nationaux de télé et radio.

Même si elle est parfois critiquée, la Radio Télédiffusion Ivoirienne (RTI) saura en peu de temps vous offrir un aperçu de ce qu’est l’actualité sociale, économique et politique ivoirienne. Vous pourrez également, en plus des chansons écoutées dans les maquis, découvrir d’autres sonorités ivoiriennes.

J’espère qu’après avoir exploré tout cela, vous repartirez avec la satisfaction d’avoir effectué un voyage agréable en Côte d’Ivoire.


Mondoblog à Abidjan : un autre pari gagné

Crédit - Manon
Crédit – Manon

Après les précédentes éditions tenues à Yaoundé en 2012 puis à Dakar en 2013, la troisième édition des formations Mondoblog se déroulent  à Abidjan du 2 au 12 Mai 2014. Pour ceux qui ne le saurait pas, RFI via sa Plateforme Mondoblog organise annuellement des formations à l’endroit de blogueurs qu’elle sélectionne à l’issue d’un concours. Cette année le choix des responsables du projet notamment Ziad Maalouf s’est porté sur la Côte d’Ivoire. Ce sont donc pas moins de soixante-dix blogueurs venus des quatre coins du globe qui le temps de ce séminaire de formation séjourneront en terre d’éburnie.

Cette rencontre de mondoblogueurs fait suite au trente-neuvième sommet de Parlementaires de la Francophonie qui s’est déroulé en juillet 2013. Ce nouveau rassemblement de portée internationale marque certainement une confiance retrouvée en la Côte d’Ivoire (re)devenue fréquentable.

Durant donc les 10 jours que va durer la formation, les participants pourront entre autre suivre des ateliers de photo, de vidéo, d’écriture et de sécurité informatique avec des références en la matière notamment Julien Pain des Observateurs de France 24, Grégoire Pouget de Reporters Sans Frontières. Des visites dans le District d’Abidjan seront également organisées. Les Mondoblogueurs pourront par exemple découvrir l’hémicycle, là ou siège la représentation Nationale et Fraternité Matin, le quotidien gouvernemental.

Voir réunis autant de blogueurs venus entre autre du Canada, de l’Egypte, d’Allemagne, du Brésil, du Cameroun, de France, d’Haïti, du Népal et même de l’Australie sur notre sol ne peut être qu’une source de fierté pour l’ivoirien que je suis.

Merci donc aux organisateurs et aux partenaires pour cette confiance en espérant qu’Abidjan abrite encore la quatrième édition.


Taxi Tracker : une application pour sauver des vies

taxitracker

La mort du jeune mannequin Awa Fadiga survenue dans des circonstances dramatiques a suscité une vague d’indignation et de colère sur la toile. La presse locale et internationale en a  fait ses choux gras.

En effet la jeune femme a trouvé la mort après avoir été agressée par un chauffeur de taxi. Mais ce qui a le plus suscité l’émoi, c’est la prise en charge médicale (ou non) de la jeune femme conduite au CHU de Cocody par des passants animés de bonne volonté.
Une vague de solidarité s’est tout de suite mise en place avec une pétition, des forums, des T-shirts à l’ image du mannequin, etc.
Mais au-delà de la légitime indignation collective et des conjectures, ce qui attire notre attention ce matin c’est la création de l’application : TAXI TRACKER.

Cette invention, née au lendemain du décès d’Awa a pour objectif d’aider les populations à se prémunir de certains chauffeurs de taxi aux idées malsaines.
Taxi Tracker est une petite application propulsée par la Start-UP Intelgio qui « permet à vos proches de vous suivre en temps réel lors de vos déplacements en taxi à Abidjan par SMS et sur Android. »
Vous pourrez ainsi donc partager des informations sur le taxi qui vous conduit (numéro d’immatriculation, point de départ, destination, etc.) et des informations sur votre position via GPS.
Taxi Tracker vient donc pour apporter un plus au plan sécuritaire et s’avère utile pour garder un œil sur les gens qui vous sont chers.

L’application fonctionne sans Internet et disponible gratuitement sur Google Play Store :https://play.google.com/store/apps/details?id=com.intelgeo.taxi_tracker. INTELGIO

 


Le président Ouattara de retour à Abidjan ce week-end

Si les Ivoiriens sont friands d’une chose, c’est bien les rumeurs, le KPAKPATOYA comme on le dit chez nous.
Et nous avons eu droit aux plus folles en ce qui concerne la santé du président de la République SEM Alassane Ouattara.

Que ce soit sur les réseaux sociaux ou dans la presse, chacun y allait de sa version.

Pendant que certains comme le président de l’Assemblée nationale tentaient de rassurer les populations à travers leurs publications, d’autres l’annonçaient déjà pour mort ou encore paralysé à vie.
Cependant, c’est un président en pleine forme et avec le sourire qui a animé une conférence de presse ce jeudi 27 février 2014.
Cette conférence s’est tenue à l’ambassade de Côte d’Ivoire en France en la présence d’autorités ivoiriennes. Le Prado comme on l’appelle communément a tenu à rassurer lui-même ses compatriotes et a annoncé son retour prévu pour ce dimanche 2 mars 2014.

Les Ivoiriens ont accueilli avec joie et soulagement cette nouvelle et se mobilisent déjà pour l’accueil.

 


Visite officielle du Roi Mohammed VI à Abidjan

Le Roi Mohammed VI a sa descente d'avion
Le Roi Mohammed VI accueilli par le PAN Soro Guillaume a sa descente
Crédit – Madia

 

Il est 17h30 ce dimanche 23 février 2013 lorsque le BOING 747 qui conduit Sa Majesté Mohammed CI roi du Maroc en provenance du Mali s’immobilise sur le tarmac de l’aéroport Felix Houphouët Boigny d’Abidjan.

Femmes, hommes, enfants, Jeunes, vieux, tous vêtus de Tee Shirt à l’effigie de sa Majesté Mohamed VI sont   difficilement contenables derrière les grilles de sécurité dressées dans la cour du salon présidentielles de l’aéroport. Vivats, youyous, chants, les ressortissants Marocains et Ivoiriens venus nombreux acceuillir Mohamed VI exprime leur joie avec exubérance. Malgré l’important dispositif de sécurité déployé pour l’accueil de cet hôte de marque, la cour du pavillon présidentiel était pleine a craqué. Nul n’a  voulu se faire compter l’évènement.

Après un bref entretien avec les officiels ivoiriens et le traditionnel bain de foule, le Roi Mohammed VI s’est retiré pour se consacrer à l’objet de sa visite.

En effet, le roi le Roi Mohammed VI séjourne en Côte d’Ivoire pour une visite officielle de 72 heures qui s’inscrit dans le  cadre du renforcement de la coopération entre le Maroc et la Côte d’Ivoire. Cette visite qui intervient moins d’un an après celle de mars 2013 sera l’occasion pour les deux pays de signer de nombreux accords dans plusieurs domaines.

À la faveur de cette visite d’Etat, le Souverain du Royaume chérifien est accompagné d’une forte délégation d’hommes d’affaires Marocains. Lesquels prendront part à un forum  Ivoiro-Marocain ce lundi 24 février 2014  à la salle des fêtes de l’Hôtel Ivoire D’Abidjan  .Ce  forum devrait  permettre aux opérateurs économiques du Maroc et de la Côte d’Ivoire  de nouer de nombreux  accords  économiques.

Mohamed VI  présidera ensuite la cérémonie de clôture et de signature des accords de partenariat Public-Privé et d’Investissement avec le premier ministre Daniel Kablan DUNCAN.

Le Souverain chérifien procédera également au lancement et à la visite de plusieurs projets immobiliers du groupe marocain ADDOHA dans différentes communes et banlieues d’Abidjan.

Il est également prévu au menu de cette visite des entretiens avec des personnalités politiques notamment le Président de l’Assemblée Nationale, SEM Guillaume SORO et le  Président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR), Charles Konan BANNY.

Cette visite qui s’inscrit dans le cadre d’une tournée africaine s’achèvera le Jeudi 27 février, date à laquelle le Roi Mohammed VI se rendra en Guinée.

la communauté marocaine venu accueillir le ROI. Crédit - Behem
la communauté marocaine venu accueillir le ROI.
Crédit – Behem


Carter III cède la place a McCulley

Le nouvel Ambassadeur des USA en Côte d'ivoire
Le nouvel Ambassadeur des USA en Côte d’ivoire

Le nouvel Ambassadeur des Etats-Unis, SEM Terrence McCulley a officiellement présenté ses lettres de créances, ce Jeudi 21 Novembre 2013, au Président de la République de Côte d’Ivoire SEM Alassane Ouattara. Il remplace ainsi SEM Philip Carter III en poste depuis Août 2010 devenant ainsi le dix-huitième ambassadeur des Etats-Unis en Côte d’Ivoire.

La cérémonie s’est déroulée au Palais Présidentiel au Plateau devant le personnel de l’Ambassade ainsi que plusieurs ministres du gouvernement.

Le service de communication a toute de suite après partagé une vidéo dans laquelle le nouvel ambassadeur de présente. On y découvre un connaisseur de l’Afrique pour avoir exercé dans plusieurs pays de la sous-région et un amoureux des éléphants footballeurs.

Nous lui souhaitons donc la traditionnelle « AKWABA » ( Bienvenue)

[youtube MDARqjIl-Oc 450 300]

 

 


140 réfugiés ivoiriens font leur retour dans leur pays en provenance de Guinée

Un groupe de 140 réfugiés ivoiriens qui étaient hébergés dans le camp de Kouankan, localité de la province de Macenta, située à près de 800 kilomètres de la capitale guinéenne, ont été ramenés lundi en Côte d’Ivoire, a-t-on appris de sources humanitaires.

Ces réfugiés qui font leur retour dans le cadre d’une opération organisée conjointement par les autorités des deux pays avec l’appui du Haut commissariat aux réfugiés (HCR), ont été conduits jusqu’à Sipilou, localité frontalière située dans l’ouest de la Côte d’Ivoire. A leur arrivée, les autorités ivoiriennes avaient pris des dispositions pour leur hébergement dans des camps, en attendant de les diriger vers leurs localités respectives, selon nos sources.Il faut rappeler que lors d’une visite du président Alassane Ouattara en Guinée, il y a quelques mois, il avait abordé la question du retour des réfugiés ivoiriens vivant en Guinée avec les autorités guinéennes et la représentation du HCR.A l’époque, on évoquait le chiffre de près de 6 000 réfugiés qui se trouveraient sur le sol guinéen, dont la plupart dans le sud de la Guinée.

Ces réfugiés ont fui leur pays suite à la guerre fratricide qui a frappé la Côte d’Ivoire au début des années 2000. Ils se sont éparpillés entre les pays voisins de la Côte d’Ivoire, notamment la Guinée, le Ghana, le Liberia, le Mali et le Burkina Faso.

Source Xinhua

Réfugiés Ivoiriens à leur arrivée
Réfugiés ivoiriens à leur arrivée


Top 10 des expressions Nouchi les plus usuelles

Aussi loufoque qu’elle puisse paraitre une langue s’est imposée dans les rues abidjanaises et a gagné progressivement toute l’étendue du territoire ivoirien.

nouchi

Le Nouchi, car c’est de lui qu’il s’agit, né dans les années 80, c’est un langage familier particulier qui se base sur la langue française en intégrant la multiplicité de langues vernaculaires disponibles dans notre pays. Les jeunes abidjanais mal scolarisés ne maitrisant pas bien le français ont dû coder une langue qui intégrait leurs différents patois. Cette langue était collée à l’image des délinquants. Son étymologie pourrait bien l’expliquer.  « Nou », en Malinké, ethnie du Nord de la Côte d’Ivoire signifie « le nez », tandis que « chi » veut dire poil. Cela donne en un mot, « poil de nez » donc « moustache » pour designer le voyou de qui tout le monde a peur. Aujourd’hui encore un Nouchi signifie à Abidjan, un voyou.

Longtemps restée l’apanage des enfants de la rue, la langue Nouchi a réussi à étendre son influence, à telle enseigne qu’aujourd’hui elle est parlée par toutes les franges de la population. Le Président de la République lui-même ne faisant pas exception. Elle a également su s’exporter grâce au Zouglou, musique ivoirienne par excellence, et ainsi gagner le monde entier.

 

[youtube dx_JpuYHTM8 600 300]

 

Il est bon de signifier que le Nouchi est une langue extrêmement vivante qui n’est soumise à aucun contrôle dans l’expansion de son lexique. Toutes les tendances partent généralement du Black Market, célèbre marché noir d’Abidjan  et se propagent progressivement dans la ville. Certains ambassadeurs de la langue, les artistes chanteurs comme les RAS, Ismaël Isaac, NASH, ont atteint un niveau quasi inégalable et difficilement décodable pour le commun des abidjanais. Toutefois, il existe des expressions consacrées.

Pour rester dans la dynamique des Top 10 initiés par Ziad Maalouf sur la plateforme Mondoblog, je vous propose ce Top 10 des expressions les plus usuelles (sues de tous les ivoiriens).

Si vous comptez venir faire un tour à Abidjan, pour des vacances, ou pour le boulot voici donc les 10 expressions que vous devez connaitre par cœur si vous ne les savez pas déjà).

NAsh en plein cours de Nouchi - Crédit MW

 

1- Ya Foye : Foye signifiant Rien en Malinké, Ya Foye veut tout simplement dire « Il n’y Rien » dans le sens de « Rien à Signaler » « Tout va bien ». On utilise également lors des « civilités » pour répondre aux salutations d’un Nouchi devenu aujourd’hui « Noussi » (C’est plus tendance).

Exemple de conversation :

–          Un frère C’est comment ? (ou  « On dit quoi ? » ou « On dit kwé ?»).

–          Ya foye mon frère, on est calé !

Avec le temps des dérivés sont apparus comme Ya Yof, Ya Fo, Ya na dé Foye, Yo Fologo etc.

 

2- Etre enjaillé : Etre enjaillé de quelque chose signifie « Aimer » cette chose. On peut être enjaillé d’une musique, d’une petite go (Jeune demoiselle), d’une situation. Des expressions comme « Enjaillement est dans ses dents » ou « Ca y est dans ses dents » en découlent et signifient qu’on est éperdument amoureux de quelqu’un, on l’a dans la peau. Comme quoi chez les Nouchis, le cœur est atteint lorsque les dents sont touchées.

 

3- Ça ne ment pas : Quand on dit « Ça ment pas » à Abidjan pour qualifier une chose, on veut tout simplement dire qu’elle est de bonne qualité. On peut l’employer pour faire l’éloge d’un gars (jeune homme) : « le gars là ment pas », pour dire qu’il est séduisant. On peut aussi utiliser cette expression quand il s’agit de faire la promotion d’un produit qu’on vend ou d’un service qu’on propose.

Singuila de passage à Abidjan a même fait un tube avec comme refrain « Abidjan ici y’a la joie, Est-ce que ça ment ? Ça ment pas ». Il a dû goûter aux plaisirs de la capitale ivoirienne.

 

4- Affairé / Kpakpato : Un « affairé » ou « kpakpato » est une personne qui aime les commérages, qui s’occupe beaucoup de ce qui ne la regarde pas, qui aime cafter et dire des ragots. « les affairages » sont donc les commérages dont sont friands les ivoiriens. Ce n’est pas pour rien que le HashTag Twitter #Kpakpatoya est si bien positionné dans le Monde.

 

5- Prendre drap : Si un ivoirien en colère te dit « tu vas prendre drap », présente lui tout de suite tes excuses car il sait généralement de quoi il parle.  « Tu vas prendre drap » veut donc dire qu’on est guetté par un danger. Mais quand c’est conjugué au passé c’est qu’on a tiré de douloureuses leçons suite à nos agissements. « Il a pris drap ».

« Etre Drap » par contre a une toute autre connotation. Cela signifie « Etre souayé ou soua ». En termes plus claires, cette expression représente quelqu’un qui commet tout le temps des indiscrétions ou qui ne couvre pas les bêtises des autres.

 

6- Tu me moyen pas : Je me suis longtemps posé, en vain, la question sur l’origine de cette expression. C’est un groupe verbal dont la conjugaison est laborieuse. Il s’emploie seulement aux 3 premières personnes du singulier « Je le moyen (pas) » Tu me moyen (pas », « Il le moyen/pas), pour dire « Je ne peux (pas) le batte, « Il ne peut (pas) me battre, « Il ne peut (pas) le battre ». Si vous trouvez comment la conjuguer aux autres temps et personnes, prière de m’envoyer un mail.

 

7- Avoir pierre/jeton : c’est le contraire d’être moisi, c’est-à-dire avoir beaucoup d’argent, être riche et friqué. Le « Pierre »(ou le « jeton ») représente ici  l’argent : rien à voir avec un caillou.

Une autre expression tirée de cette source est : « bon pierre/jeton » pour dire qu’une chose a une grosse valeur vénale.

 

8- Plomb/ Togo : Plomb et Togo n’ont rien en commun dans la langue française. Le 1er étant un métal, le second un pays. Pourtant dans la logique Noussiya ou Nouchiya (relatif aux Nouchi/Noussi) ils sont synonymes.  Aussi, si vous devez acheter quelque chose à Abidjan vous devez savoir que ces deux mots symbolisent la pièce de 100 Francs CFA et par ricochet le chiffre 100. On dira donc « Togo » ou « Plomb » =100 ou 100 francs en fonction du contexte, « Deux Togo »= 200 ou 200 francs, « Trois Togo »= 300 ou 300, ainsi de suite.

Mais à un autre level (le nouchi puise aussi dans les autres langues européennes), même un abidjanais choco (maniéré, contraire de Nouchi) aura du mal à se retrouver,  tant le vocabulaire  est large. Exemples : Krika ou bar = 1.000 francs (ou une paire de gifle ça dépend).

Grô = 25 francs (surement tiré de Gros, la pièce de 25 francs étant plus grosse que les autres).

« Bar Fils », « Zidane », « Gbonké » etc. Compter en Nouchi peut s’avérer être une véritable gageure.

 

9- Etre moisi ou piqué : n’a rien avoir avec la moisissure comme on la connait, ni avec une pathologie quelconque. Etre moisi à trait à la situation de notre porte-monnaie. En gros, « être moisi » veut dire qu’on est dans une situation financière précaire, qu’on est fauché, qu’on est sans le sou. L’expression doit venir d’une métaphore pour dire que notre poche tellement vide et inutilisée s’est couverte de moisissure. Etre piqué s’est pareil

 

10- Connaisseur connait, gaou passe : Le groupe « Magic System » a fait connaitre au monde l’expression « Premier Gaou n’est pas Gaou, c’est deuxième Gaou qui est Gnata » qui peut être interprétée par « idiot une fois, mais pas deux » ou encore « on peut tolérer l’ignorance de quelqu’un la première fois, mais celui qui répète les mêmes erreurs plusieurs fois est impardonnable, pour ne pas dire stupide ! ».

Cette 10ème dernière expression est souvent utilisée pour démontrer qu’on a un œil d’expert. Par exemple, on fera comprendre à quelqu’un qui s’étonne qu’on ait acheté un article qui ne lui semble pas de marque, qu’on est connaisseur et que lui est un vrai Gaou (ou brèzo) qui ne sait même pas distinguer le faux du vrai. Le Gaou ne sait jamais détecter la qualité ou la bonne affaire, alors il rate toujours les bonnes choses et occasions.

Comme « ZYeux connait bagage qui est lourd » (chacun connait ses limites), moi j’ai fini de «Kouman» (parler).

A toi lecteur de rajouter en commentaire toutes les expressions Nouchi qui  pourront permettre à un Gaou de devenir « Yêrê» (IN, au Top niveau) à Babi (Abidjan) !

[youtube PNfxV5oHLvI 600 300]

 

 


Mys’TIC by GOS 2.0

Mys’TIC ? Rien à voir avec la sorcière de la Bande à Picsou ! Derrière  ce mot se cache des jeunes femmes, les Miss des TIC, qui ont initié des rencontres périodiques  durant lesquelles elles débattent autour d’un thème en rapport avec les TIC. Pour la 1ère édition des GOS 2.0, appellation de leurs rencontres, les Mys’TIC  se sont données rendez-vous ce samedi 19 Juillet 2013 au siège de l’Agence E-voir du célèbre Israel Yoroba (le veinard) pour deviser sur les « Techniques de rédaction d’articles ».

J’ai voulu satisfaire ma libido, que dis-je ma curiosité, en caressant du doigt les GOS 2.0. Avec agilité,  je me suis donc introduit dans cette zone à forte concentration féminine où,  j’ai pu voir les MysTIC, guidées par la journaliste Ghislaine Atta, s’adonner à un très alléchant strip-tease (intellectuel) en partageant allègrement leurs techniques rédactionnelles et leurs expériences de blogueuses. Il est bon de signaler que sous ces charmantes silhouettes  se cachent, pour la plupart, des gestionnaires de blogs aux thématiques diverses. Il y avait notamment la Geek Model Fantastyck,  la voyageuse Aamlorie, la Faybulos Faycaline, Christelle la Girl Insolite; Onoryn l’entrepreneure etc.

Au terme de leurs enrichissants échanges, les Mys’TIC ont fixé leur prochain rendez-vous pour le mois d’Août. Je dois avouer que c’est avec facilité qu’elles ont réussi à convaincre le SCPANCI (dont je fais partie) d’en être l’hôte. Envoutés et séduits par les arguments d’une telle armée d’amazones, comment aurions-nous pu refuser ?  A vrai dire : ces GOS 2.0 ont un vrai pouvoir Mystic !


Des candidats au BTS 2013 privés de leur convocation

 

Alors que certains étudiants se préparent pour les épreuves du Brevet de Techniciens Supérieurs qui commencent ce lundi 22 Juillet 2013, d’autres dans la tourmente font mains et pieds pour avoir solution à leur problème de convocation.

En effet, des centaines d’étudiants se sont vus refuser leur convocation par le Sous-Directeur de La Direction de l’Orientation et des Examens (Dorex) ex OSDI, M. Camara qui sur un coup de colère a décrété que tous les dossiers qu’il avait dans son bureau étaient faux.

L’histoire commence quand la DOREX pour remplacer les dossiers des étudiants qu’elle avait égarés tantôt demande aux responsables de certaines écoles de les reconstituer. Et c’est ce lot de dossiers reconstitués que M. Camara sous la pression des étudiants impatients venus manifester au siège de la DOREX au Plateau a décrété faux faisant fi des conséquences pour les étudiants.

Quel recours ces centaines d’étudiants ont-ils ? Vers qui et où doivent-ils se tourner ? Quel sera leur sort ? Voici plutôt l’épreuve à laquelle ces étudiants, qui n’avaient demandé qu’a présenter leur examen se voient confronter .

Behem