Non au cumul: ma réflexion sur le sujet

Depuis le lundi 12 Novembre 2012, un débat a éclaté dans la webosphère ivoirienne, concernant le Cumul ou Non des mandats.

Des web-activistes aux politiques en passant par les twittos lambda, tous s’y sont donnés à cœur joie; certains criant haut et fort leur mécontentement, d’autres ( les politiques notamment le ministre Alain Lobognon et le PAN Guillaume Soro) tentant d’expliquer le non-lieu du débat.

J’ai essayé de m’y soustraire, mais à mon tour je me trouve emporté par la vague, ce qui me conduit à en faire mon analyse propre.

Relancée récemment en France, et relayée par une poignée de personnes en Côte d’Ivoire revendiquant leur « webactivisme », la question de cumul a réussi en peu de temps a faire un buzz, déchaînant les passions. Un Hashtag sur twitter #NonAuCumul , un sondage, des articles, des bannières scandant le ras-le-bol: tout a été mis en œuvre pour marquer une insatisfaction prononcée envers ce « fléau » que je découvre.

J’ai voulu en apprendre plus. Des questions çà et là et je me suis rendu compte que tous ne menaient pas le même combat. Si certains accusaient un cumul de postes, d’autres décriaient plutôt un cumul de mandats successifs.

la petite investigation que j’ai menée à la suite montre que:

1- Le code du travail permet le cumul de fonction à condition que l’employeur principal soit tenu informé.

2- La politique est un métier où on peut exercer diverses fonctions (dont je me garderai ici d’en faire la liste).

3- Sur les profils publics des acteurs principaux de la campagne contre le « Non Au Cumul » on remarque qu’ils sont tous, individuellement et cumulativement, blogueurs, marketers, entrepreneurs, etc… En somme de purs capitalistes qui vendent leur talents (à plusieurs personnes concomitamment de préférence).

4- La constitution permet un cumul de postes.

5- L’obtention des postes concernés par le cumul passe par un scrutin.

Au vu de tous ces éléments je considère que le débat s’il y a lieu de débat

1- Devrait plutôt être axé sur le cumul d’emploi pour qu’il soit impartial.

2- Ne devrait surtout pas se faire par des cumulards!

Le peuple étant souverain et ayant le dernier mot, si nous avons des griefs contre nos politiques (qui n’ont pas encore violé la loi), le vote est le moyen le plus approprié pour l’exprimer. Par conséquent, Cumuler des tweets, des articles, des bannières pour prétendre défendre une cause qui n’existe pas est, à mon sens, une énorme perte de temps.

Si une localité trouve que son député, qu’elle connait mieux, peut pleinement assumer le rôle de maire, cela concerne cette localité.

Je trouve également le prétexte de « diversité de compétences » fallacieux. La politique, si elle n’est pas un art ou une science, est un métier. Et c’est parce que des personnes, pas assez outillées pour le faire; s’y sont mêlées que selon moi nous avons connu cette fâcheuse parenthèse ( que nous voulons tant fermer) en Côte d’Ivoire.

Laissons la politique au peu de politiciens dont la Côte d’ivoire dispose. Contentons-nous de voter les personnes que nous jugeons compétentes et aidons à renforcer nos institutions afin de veiller au contrôle de l’action gouvernemental.

The following two tabs change content below.
Behem
Community Manager @sc_panci, Redacteur en Chef A. De Men Magazine, Blogueur, Passionné du Web, BBM: 269EDDA1