La bonne gouvernance par les TIC : un choix politique à faire

 

Les Technologies de l’information et de la communication sont indispensables de nos jours et elles doivent jouer un rôle précieux dans la bonne gouvernance. C’est convaincu de cela que la cellule de communication du cabinet de l’Assemblée Nationale de la cote d’Ivoire a organisé ce lundi 5 novembre 2012 à la médiathèque jean Paul II à Lomé une rencontre d’échange avec les technophiles du Togo.
Placée sous le Thème : les Technologies de l’information et de la communication au service de la bonne gouvernance, cette rencontre, visait essentiellement partager avec les internautes du Togo  l’expérience de la Cote d’ivoire et particulièrement de celle du président de son l’Assemblée Nationale Guillaume Soro en la matière. A entendre les membres de la cellule de communication du président de l’Assemblée Nationale, ces nouveaux medias font parti du quotidien de celui-ci dans l’exercice de ses fonctions. Il utilise donc régulièrement les TIC et surtout les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter pour communiquer avec la population et les partenaires.
Dans une conversation téléphonique qu’il a eu avec les participants –ndlr : annoncé à Lomé Guillaume Soro, empêché n’a pu faire le déplacement-, celui-ci a estimé que « les TIC sont rentrées dans le quotidien des citoyens et le continent ne doit pas être en marge de l’évolution technologiques ».Les TIC sont en effet un moyen important qui peut contribuer à la bonne gouvernance. Selon Gerry Taama, Président Nationale du parti politique Nouvel Engagement Togolais (NET), bloggeur, les réseaux sociaux permettent de respecter les principes cardinaux de la bonne gouvernance, tels : la transparence, l’obligation de rendre compte, l’efficience, l’efficacité. Les TIC permettent également selon lui de« moderniser le travail sur le plan organisationnel. Elles permettent aussi d’échanger avec les partenaires ». Il est donc difficile selon lui d’avoir une concordance entre les TIC et la bonne gouvernance s’il n’existe pas dans  les pays, une politique qui favorise la vulgarisation et l’accès à ces TIC.Toutefois, le progrès de ces TIC rencontre des difficultés dans notre pays. Selon Agbeko Dogba , Président de l’Entente des Spécialistes Togolais En Technologies de l’Information et de la Communication (ESTETIC)

«il ya toujours des taxes qui sont appliquées à l’importation du matériel. Alors, l’importateur est obligé de payer des taxes anormalement élevées, il est obligé de mettre sa marge avant de vendre ce matériel, finalement les ordinateurs sont un luxe».

Il faudrait donc selon lui pour encourager le développement des TIC supprimer ces axes à l’importation du matériel informatique, trouver des stratégies pour faire baisser les couts de communication. Ceci dans le but de permettre au public d’y accéder librement et de contribuer au développement du pays.

 

Souce: www.guillaumesoro.com

The following two tabs change content below.
Behem
Community Manager @sc_panci, Redacteur en Chef A. De Men Magazine, Blogueur, Passionné du Web, BBM: 269EDDA1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.